Notice: Use of undefined constant DS - assumed 'DS' in /var/www/Seisme/templates/ird_seisme/html/com_content/article/default.php on line 13

Présentation

Séismes, tsunami... La Nouvelle-Calédonie est une région à risque. Un réseau de 8 stations sismiques réparties sur l'ensemble de l'archipel, en particulier dans les zones où la sismicité est la plus intense (sud de la Grande Terre et îles Loyauté), « écoute » en permanence les soubresauts de la Terre. Cette surveillance en quasi temps réel permet de détecter la plupart des séismes du Pacifique Sud Ouest d'une magnitude > 3 ainsi que les plus forts séismes mondiaux mais aussi de déterminer leurs caractéristiques : localisation de l'épicentre, magnitude, distance du séisme....

La plupart des séismes enregistrés en Nouvelle-Calédonie sont liés à la subduction de l'Arc du Vanuatu. Cette dynamique génère de nombreux séismes dont les plus puissants atteignent une magnitude de 8.0. En Nouvelle-Calédonie, près de 250.000 personnes sont exposées au risque sismique et tsunami (et autant au Vanuatu).

Voir le contexte tectonique du Pacifique sud

La surveillance sismique de la Nouvelle-Calédonie a commencé dans les années 1980 avec l'installation des premiers capteurs à Port-Laguerre (commune de Païta). Mais, depuis janvier 2009, un financement européen permet de renforcer le réseau avec la mise en service progressive de 7 stations sismiques supplémentaires.

De nombreuses stations sismologiques fonctionnent en Australie et en Nouvelle-Zélande, mais jusqu'à la mise en service de l'Observatoire de Nouvelle-Calédonie, il n'existait pas de surveillance fine dans l'une des région les plus sismiques du monde. « Nous avons un rôle fondamental à jouer maintenant » déclare Pierre Lebellegard, ingénieur de recherche en sismologie à l'IRD de Nouméa « car les séismes qui surviennent dans la zone de l'Arc du Vanuatu sont détectés plus rapidement que lorsque nous dépendions des réseaux australiens et néo-zélandais, ce qui permet aux cellules de veille de déclencher avec plus de rapidité d'éventuelles alertes ».

Ainsi, suite au séisme du Vanuatu du 25/10/2011 (M=5.7), le directeur du Tsunami Warning Center d'Hawaii (Centre d'Alerte aux tsunamis du Pacifique) déclarait : « Les informations provenant du réseau sismique de Nouvelle-Calédonie correspondent à nos propres déterminations et permettent de palier à une lacune importante dans cette région du Pacifique »

Dans le cas d'une alerte au tsunami, chaque minute est précieuse puisque le délai entre un séisme générateur de tsunami se produisant dans l'Arc du Vanuatu (magnitude entre 7 et 8) et l'arrivée des vagues aux îles Loyauté oscille entre 15 et 20 minutes.

Projet Observatoire sismologique de Nouvelle-Calédonie
Description Mise en service de 7 stations sismiques sur l'ensemble du territoire
Porteurs du projet Centre IRD de Nouméa
Mise en place 1er janvier 2009 au 31 décembre 2011
Coût du projet 83,5 millions de Francs Pacifique soit 700.000 euros
Financements et déplacements Contrat de subventions accordé par l'Union Européenne dans le cadre du Fonds Européen de Développement (IXème FED)
Responsable Pierre Lebellegard